Guide détaillé pour le calcul et le ferraillage d’un escalier en béton armé

Post date:

Author:

Category:

Le béton armé est un matériau de construction composé de béton et d’acier qui combine les avantages de ces deux matériaux pour offrir une résistance accrue à la compression, à la traction et aux efforts de flexion. Dans cet article, nous aborderons les différentes étapes nécessaires pour le calcul et le ferraillage d’un escalier en béton armé, depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre des armatures.

Étape 1 : Conception et dimensionnement de l’escalier

La première étape dans la réalisation d’un escalier en béton armé consiste à déterminer ses dimensions et sa forme en fonction des contraintes architecturales et du cahier des charges imposé par le maître d’ouvrage ou l’architecte. On tient notamment compte des données suivantes :

  • Hauteur et largeur de l’escalier
  • Type d’escalier (droit, balancé, hélicoïdal…)
  • Position des paliers intermédiaires et distances entre les marches

Le calcul de ces éléments doit être effectué selon les normes en vigueur, en tenant compte des spécificités techniques du projet et des règles de confort pour les utilisateurs.

Détermination des dimensions des marches

Pour déterminer les dimensions des marches, on utilise généralement la formule de Blondel :

2h + g = 63 cm

Où « h » représente la hauteur des marches et « g » la largeur du giron (largeur disponible pour poser le pied). Cette formule permet d’assurer un confort de marche optimal.

Calcul des efforts sur l’escalier

Une fois les dimensions déterminées, on procède au calcul des efforts auxquels l’escalier sera soumis en service. Ces efforts comprennent :

  • Le poids propre de l’escalier : il s’agit du poids du béton et des armatures qui constituent l’ouvrage.
  • Les charges d’exploitation : elles correspondent aux personnes et aux objets susceptibles de circuler sur l’escalier.
  • Les charges permanentes : elles regroupent notamment les revêtements de sol, les garde-corps et les éventuelles cloisons de doublage.

Ces charges sont utilisées pour calculer les sollicitations de l’escalier en termes de moments, d’efforts tranchants et d’efforts normaux.

Étape 2 : Calcul des armatures en acier

Pour renforcer la structure en béton, on utilise des armatures en acier disposées à l’intérieur de l’ouvrage selon un plan précis. Le dimensionnement de ces armatures est réalisé en fonction des efforts auxquels l’escalier doit résister et du comportement du matériau en service.

Types d’armatures pour un escalier en béton armé

Les armatures utilisées pour renforcer un escalier en béton armé peuvent être classées en deux catégories :

  • Les armatures longitudinales, destinées à reprendre les efforts de compression et de traction dans la direction du développement de l’escalier.
  • Les armatures transversales, qui permettent de répartir les charges entre les différentes zones de la structure et de résister aux efforts de cisaillement.

Ces armatures sont généralement disposées en treillis ou en cages selon un plan établi à l’avance. Il est important de respecter cette disposition pour garantir la performance du matériau et la durabilité de l’ouvrage.

Calcul des sections d’acier nécessaires

Selon les contraintes calculées précédemment, on détermine alors les sections nécessaires pour chaque type d’armature à partir des abaques de dimensionnement ou des formules de la théorie des poutres encastrées. On utilise également les caractéristiques mécaniques du béton et de l’acier pour ajuster ces valeurs et obtenir une structure capable de résister aux sollicitations prévues.

Vous aimerez aussi :  Utiliser Excel et PDF pour le calcul de solivage de plancher bois : un guide complet

Il peut être nécessaire de prévoir des armatures supplémentaires pour reprendre certaines contraintes spécifiques, notamment au niveau des appuis, des retombées de marches ou des angles de repos.

Étape 3 : Réalisation du ferraillage sur chantier

Après avoir calculé les armatures nécessaires et établi le plan de ferraillage, il convient de procéder à la mise en œuvre des aciers sur le chantier. Cette opération doit être réalisée avec soin pour garantir la performance et la durabilité de l’ouvrage.

Implantation et pose des armatures

Les armatures sont disposées selon le plan de ferraillage établi lors du dimensionnement. On commence généralement par poser les barres longitudinales au fond du coffrage, puis on ajoute les barres transversales pour former un treillis ou une cage rigide.

Le respect des espacements entre les barres d’acier et des contraintes de cintrage permet de garantir un bon comportement du matériau en service. Il est également important de respecter les recouvrements entre les barres pour assurer une bonne cohesion du béton et éviter les risques de corrosion.

Coffrage de l’escalier et coulage du béton

Une fois les armatures en place, on réalise le coffrage de l’escalier à l’aide de panneaux modulaires en bois ou en métal. Ce coffrage doit être suffisamment résistant pour supporter la pression du béton frais et permettre un décoffrage aisé sans altérer la qualité de la surface obtenue.

Le coulage du béton s’effectue ensuite en plusieurs étapes :

  • Mise en place du béton dans le coffrage : cette opération doit être réalisée avec soin pour éviter les trous d’air et le ressuage du laitance.
  • Vibration du béton : elle permet de chasser les bulles d’air et de favoriser la mise en place du matériau autour des armatures.
  • Finitions de surface : il peut être nécessaire d’appliquer certaines finitions au béton pour obtenir une surface conforme aux exigences du projet (par exemple, lissage ou rainurage pour améliorer l’adhérence).

Une fois le béton coulé et les finitions effectuées, la prise s’effectue suivant un protocole précis. Elle doit être surveillée attentivement pour garantir une bonne résistance du béton et éviter les défauts d’aspect ou de structure.

Points clés à retenir

Pour réaliser un escalier en béton armé, il est essentiel de procéder avec soin et rigueur lors du dimensionnement, du calcul des armatures et de la mise en œuvre sur chantier. Le respect des bonnes pratiques et des règles techniques permet d’obtenir une structure solide, durable et fonctionnelle, capable de répondre aux exigences architecturales et aux contraintes mécaniques du projet.

ARTICLES SIMILAIRES